Quand le pire devient meilleur et inversement

Décidément, les joyeux drilles aux manettes de Twitter ne sont pas des gens comme vous et moi. En tout cas pas comme moi visiblement, surtout quand il s’agit d’estimer ce qui est « bon » et ce qui est « mauvais ». J’en veux pour preuve la publication de leurs derniers chiffres.


Lire la suite