Rédiger n’est pas écrire

Quand j’écris une histoire, j’aime assister aux évolutions inattendues que prend l’intrigue, devenir en quelque sorte spectateur d’un récit qui semble peu à peu s’émanciper et trouver son propre chemin, vivre sa propre vie ; c’est d’ailleurs le signe que le livre est bien engagé et que je ne suis plus là que pour le guider afin qu’il ne sorte pas des clous. Comme un enfant, en fait.


Lire la suite