Concours Amazon, lisez les conditions !

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google+ Linkedin

Déformation professionnelle ou simple méfiance naturelle, j’ai l’habitude de toujours lire les petites lignes des offres présentées comme exceptionnelles (bon, j’avoue, je le fais avec toutes les offres, d’une manière générale). Un récent concours Amazon n’a donc pas dérogé à la règle et ses conditions de participation m’ont surtout convaincu… de ne pas y participer !

Au début du mois, un ami m’a informé de l’existence d’un concours littéraire organisé par Amazon. Plus exactement, il s’agissait du Concours Kindle 2015 réservé aux auteurs indépendants et dont la dotation semblait relativement alléchante :

• un chèque de 3 000 € ;
• de la publicité professionnelle sur Amazon.fr, à hauteur de 10 000 € ;
• assistance technique auprès d’un spécialiste Kindle ;
• une éventuelle traduction en anglais en vue d’une distribution dans le monde entier ;
• une liseuse Kindle Voyage avec Wi-Fi + 3G gratuit, d’une valeur d’environ 200 € suivant les options.

Déjà, première précision, toutes ces largesses sont réservées au seul et unique manuscrit gagnant. Pas de deuxième place, pas de prix d’encouragement, pas d’accessit.

Mais le plus gênant, à mon sens, réside dans les conditions de participation.

Par exemple, si j’avais la chance de gagner ce concours, le contrat que j’accepte automatiquement par ma simple participation stipule que je cède à KDP Select la distribution numérique exclusive de mon manuscrit. Vous me direz, rien d’anormal à ce que l’éditeur organisateur d’un concours littéraire se réserve le droit d’exploitation de l’ouvrage gagnant. Sauf que cela restreint du même coup la diffusion de mon livre aux seuls possesseurs de liseuses Kindle, c’est à dire grosso-modo la moitié seulement des possesseurs de liseuses, mais surtout à peine 3 à 5% des possesseurs de dispositifs de lecture numérique, incluant notamment tablettes, smartphones et autres PC. Précisons également que les formats les plus répandus en e-books restent encore le ePub et le PDF… non gérés par Kindle.

Autre point gênant, l’exclusivité que j’accorderais à Amazon est étendue aux droits de publication de la première édition de mon manuscrit dans le monde entier, dans tous les formats et toutes les langues. En clair, cela signifie que même pour une éventuelle version papier (y compris à l’étranger), je devrai passer par Amazon. Impossible donc de me faire publier par un autre éditeur séduit par la version Kindle, ou même de m’auto-produire, ce qui est finalement l’objectif premier d’un grand nombre d’auteurs indépendants.

Enfin, le plus grave à mon avis, c’est la clause qui dit que « en soumettant un manuscrit, vous octroyez à Amazon et à chacune de ses sociétés affiliées le droit d’utiliser, sans contrepartie financière, des parties de votre manuscrit« . Là, on entre carrément dans le domaine du pillage de propriété intellectuelle puisque, même si je ne gagne pas le concours (ce qui est quand même très probable), le simple fait de soumettre un manuscrit à Amazon l’autorise à reprendre des passages du texte (dans quelle proportion ?) sans me devoir les moindres droits d’auteurs !

Par conséquent, je crois que je vais passer mon tour…

13 réflexions sur “Concours Amazon, lisez les conditions !

  1. Merci pour cet article ! J’ai encore un doute. « L’exclusivité des droits de publication à Amazon », cela signifie-t-il que l’auteur ne touche rien sur les ventes, ou seulement que seul Amazon a le droit de publier ? Merci par avance si quelqu’un peut me répondre.
    Victoire

  2. Bonjour Victoire,

    L’exclusivité des droits de publication octroie, comme son nom l’indique, un droit de publier l’œuvre en question à celui qui en est titulaire. En clair, cela signifie en effet que seul Amazon aurait le droit, dans ce cas précis, de publier et de distribuer le livre. L’auteur lui-même n’est alors plus autorisé à le diffuser de son côté à titre individuel, ce qui est somme toute assez classique dans un contrat d’édition.

    Quant aux « droits d’auteurs », en revanche, ils restent acquis… à l’auteur, ce qui veut dire qu’il percevra bien évidemment une part des recettes telle que prévue dans le contrat.

  3. 3000€ ce n’est pas cher payé pour récolter quelques dizaines de manuscrits avec les droits d’exploitation qui vont bien !

    Amazon me laisse dubitatif sur les ventes physiques également. Notamment sur la mise en concurrence avec les autres Pays de l’union européenne.

    Sur des Rayban, je vois certains revendeurs UK proposer des Rayban à un tarif TTC équivalent à notre tarif HT. Soit ils ont des ristournes de malade, ce qui m’étonnerait fort de la part du fournisseur, qui monopolise les plus grandes marques de l’optique, soit le jeu de la TVA est biaisé , d’une manière ou d’une autre. J’aimerais bien savoir comment ils font !

  4. Article très intéressant, merci. On se rend compte d’une logique tortueuse : un concours où des auteurs indés veulent gagner le droit d’être publiés ! Donc de ne plus être indés :) Comme quoi, l’indépendance c’est beau jusqu’à ce qu’on vous offre un contrat ! Je participe au concours, sans aucune chance de gagner, mais j’ai envie de voir comment ça se passe !

  5. En relisant les conditions du concours, ce qui ne me plait pas c’est le paragraphe qui concerne le choix du lauréat : « popularité auprès des clients du site Amazon.fr et qualité littéraire du texte telles que déterminées par les équipes d’Amazon. Cette évaluation et sélection auront lieu entre le 28 septembre 2015 et le 30 septembre 2015″.
    La « popularité » c’est donc, dans un laps de temps aussi court, la faculté de faire acheter votre bouquin par un maximum de gens que vous connaissez et d’obtenir qu’ils prennent le temps de rédiger un commentaire élogieux. Car même à 2, 99 euros, je doute que beaucoup de clients Amazon se transforment en critiques littéraires en achetant, lisant et commentant l’ensemble des oeuvres qui seront en compétition. (La facture sera vite salée… et il faudra sans doute du courage pour aller au bout de certains bouquins).
    « La qualité littéraire du texte » par les équipes littéraires d’Amazon, décidée à partir du 28 septembre et en deux jours alors qu’on peut envoyer son manuscrit jusqu’au 27.

  6. Bonjour Aurélien. Tu as raison, 3000 €, c’est un investissement dérisoire pour, non seulement récupérer tout un tas de manuscrits avec leurs droits, mais aussi et surtout générer quelques dizaines (centaines ?) de milliers d’euros supplémentaires en ventes, puisque, gagnants ou pas, les e-books ainsi publiés ont vocation à être vendus sur la plateforme Amazon…

  7. Bonjour Sébastien
    C’est vrai que vendre l’idée de l’indépendance à des auteurs en herbe en leur offrant la possibilité d’un contrat de sujétion vis-à-vis d’un « producteur-promoteur-éditeur-diffuseur-distributeur », ça casse un peu le truc… ;-)

  8. Bonjour Victoire,
    Voilà, vous avez compris les raisons pour lesquelles je persiste à croire que ce concours est biaisé, ne constituant en fin de compte qu’une simple opération marketing de plus qui viendra, au final, « récompenser » chichement (et avec des contraintes disproportionnées) celui ou celle qui aura eu la chance de vendre le plus d’exemplaires en récupérant le plus d’étoiles.
    Ça aurait été sans doute plus simple de le présenter ainsi. Plus honnête aussi…

  9. Oui, merci pour votre réponse. En revanche, au sujet de votre réponse à Aurélien, il me semblait avoir compris que seul le gagnant devait réserver ses droits à Amazon. Cela dit, c’est amusant de voir qu’un bon nombre de livres en compétition ont un nombre incroyable d’étoiles et de commentaires élogieux. Acquis en quelques semaines et quelques jours seulement après leur publication.

    • Les premiers commentaires sont en général (mais pas obligatoirement) dus à des lecteurs qui connaissent déjà l’auteur et qui savent qu’il/elle va publier. Ce sont donc souvent des commentaires positifs.
      En revanche je peux témoigner pour avoir participé l’année dernière, que 20-30 personnes que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam ont téléchargé le roman que j’avais présenté, et ceci en quelques jours (puis ça s’est tari). Et 20-30 téléchargements c’était 15-20 de plus que les téléchargements pour mes deux autres romans :)
      Je crois que le simple fait de participer donne une petite visibilité supplémentaire. Alors pourquoi pas?

  10. Salut les loulous !

    Tout d’abord je voulais avoir des avis pour participer au concours 2017
    mais avec ce que je lis, il n’en est plus question !
    De toute façon, Amazon est hors-la-loi sur ce coup, avec des clauses
    abusives qui violent littéralement le droit français des auteurs, dans
    lequel il est CLAIREMENT écrit que l’auteur, QUELLE QUE SOIT le contrat
    signé et les avances perçues, reste seul décisionnaire pour:
    1. L’usage artistique de tout ou une partie de son œuvre
    2. La rupture ou non d’un contrat le liant et ce, quand il le décide.
    Ainsi est le droit de l’auteur dans la patrie des droits de l’homme et
    de la littérature^^.
    Mais Amazon fait un COUP DE BLUFF en misant sur la méconnaissance
    de la loi et sur l’effet « auteur cherche éditeur désespérément ».
    DONC ALLEZ LIRE LA LOI, TOUTE LA LOI, RIEN QUE LA LOI française
    concernant les droits d’auteur(j’ai la flemme de vous citer l’article et
    de mettre le lien du ministère B-)
    Bonne chance et bon vent, mille milliards de mille sabords !

    • Je crois franchement que quelques points de règlements assez obscurs, et loin d’être surprenants dans le monde de l’édition, ne devraient pas vous dissuader de participer à ce concours si vous en avez envie. Le gagnant de l’année dernière est sûrement très content du sort fait à son roman. Cette distinction lui a donné une visibilté assez énorme sur Amazon qui reste quand même la plateforme la plus fréquentée pour les ebooks.
      En ce qui concerne la possibilité d’être traduit en anglais par Amazon cela reste une opportunité pour toucher le plus gros marché d’ebooks du monde. Demandez donc à Vandroux ou Touzeau s’ils regrettent d’avoir été sélectionnés dans le système Amazon crossing :)
      Vandroux en est désormais à plus de 100000 exemplaires téléchargé de ses romans.
      Les avantages d’une participation (et de gagner) à ce genre de concours éclipsent largement les inconvénients. Comme c’est le cas pour d’autres concours.
      Comme dans tous les concours il y a un gagnant et beaucoup de perdants. Mais là encore ce concours Amazon n’est pas une exception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>