Le savoir nous rendrait-il malheureux ?

Ovide disait que les désirs ne peuvent s’étendre à ce qu’on ne connaît pas. Plus clairement, cela signifie qu’on ne peut pas avoir envie d’une chose dont on ignore l’existence. Au premier abord, ça semble évident et beaucoup ne verraient pas l’intérêt de développer plus avant. Pourtant, c’est à mon sens justement, et très précisément, ce qui nous plonge jour après jour dans cette morosité poisseuse qui semble marquer le début de ce siècle.
Lire la suite