Bienvenue en barbarie !

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google+ Linkedin

Il y aura un avant et un après 7 janvier 2015. Un avant et un après « Charlie Hebdo ». Un avant et un après ce « C’est bon chef ! » prononcé comme une supplique — comme on aurait dit « Pitié ! » — par Ahmed, 42 ans, gardien de la paix, déjà à terre après un coup de feu et qui sera finalement abattu de sang froid d’une balle dans la tête par un animal cagoulé de noir, totalement hermétique à tout esprit d’humanité,  et qui prendra son prophète cette fois encore à témoin pour s’en féliciter.

Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Quelle est la limite au-delà de laquelle notre société ne pourra plus absorber cette barbarie sans flancher ? Quel évènement nos responsables politiques attendent-ils pour comprendre qu’il est temps de voir la réalité en face ?

Franchement, aujourd’hui, même moi je suis à deux doigts de « faire des amalgames », comme on dit. Même moi, pourtant relativement conscient de l’extrême complexité des problèmes sous-jacents, je me dis qu’on n’a peut-être plus le temps de réfléchir, que l’heure n’est désormais plus aux nuances et à l’analyse.

Au final, je sais que ma raison l’emportera sur ma rage et que je trouverai d’autres moyens d’exprimer mon refus de tout cela. Mais je pense aussi qu’il faut s’attendre à ce que d’autres personnes, qui n’ont peut-être plus envie de réfléchir ni de se contenir,  se mettent à refuser d’écouter plus longtemps les phrases d’apaisement et les discours ronronnants des gentils bisounours de la pensée unique et bienheureuse.

Comme je le disais, je ne suis pas du genre à affûter ma fourche ou à huiler mon gun pour aller « buter du bougnoule » (comme je l’ai déjà lu ici ou là dans certains appels explicites à la vengeance civile, que ce soit sur les réseaux sociaux ou même dans la « vraie vie »). C’est tout aussi indigne et minable que les actes perpétrés par ces êtres impurs qui se revendiquent d’un prophète pour justifier leur soif de sang. Mais je ne souhaite pas non plus cautionner davantage la lâcheté et la complicité de tous ces élus qui, non seulement se sont trompés de siècle dans leurs idéologies, mais qui ont également décidé de se fabriquer de faux ennemis pour ne pas avoir à combattre ceux qui nous font réellement la guerre.

Aujourd’hui, après plusieurs attentats en quelques semaines que nos gouvernants ont faussement attribués à des « déséquilibrés » pour ne pas avouer leur impuissance, aujourd’hui donc, 7 janvier 2015, nous voyons le vrai visage de notre ennemi et je refuse désormais qu’on me dise de ne pas généraliser ou encore de ne pas céder à la haine. Ce sont nos ennemis qui généralisent en s’en prenant à tous ceux qui ne partagent pas leurs croyances fanatiques. Ce sont nos ennemis qui tuent par refus du temps qui avance sans eux, par rejet de la culture et du savoir, par peur de la liberté qu’on pourrait accorder à ceux et celles qu’ils considèrent toujours comme leurs esclaves. Ce sont nos ennemis, enfin, qui propagent la haine, qui la fabriquent même et qui l’érigent au rang de valeur sacrée pour mieux détruire notre société. Avec en prime la complicité active de toute cette classe politique corrompue qui nous parle de « chances pour la France », de « discrimination positive » (comme si une discrimination pouvait être autre que négative !) ou encore de « brassage culturel » alors qu’on assiste à une destruction progressive et impunie de ce qui fait notre identité. Des hommes et des femmes, élus le plus souvent, et qui finalement, ont depuis longtemps abandonné l’idée de nous protéger, nous, simples citoyens, pour mieux assurer leur confort personnel. Au risque d’y sacrifier au passage le peu de moralité qu’il leur restait.

Alors à tous ces gens, que ce soit les auteurs de cette énième tuerie au nom d’Allah, mais aussi leurs partisans muets comme leurs soutiens les plus virulents, sans oublier tous ceux qui leur trouveront des excuses, des raisons, des justifications, des principes…  je leur prédis une fin proche et douloureuse. Non pas physiquement, mais socialement, le genre de mort auquel on assiste de son vivant et qui donne un avant-goût de l’enfer (pour ceux qui y croient), véritable paradoxe dont la dureté constituera néanmoins une forme de justice car, parfois, la justice doit cesser d’être humaine, du point de vue philosophique, pour devenir enfin efficace.

 

27 réflexions sur “Bienvenue en barbarie !

  1. Bonjour Bruno

    Merci pour ce magnifique texte qui dit tout, qui explique tout avec de la nuance et du Savoir.
    A force de ne pas vouloir ecouter le bons sens d’un peuple qu’ils ne representent plus, a force de vouloir faire taire des voix avisees qui mettaient trop en lumiere l’integration ratee et ses consequences, a force de mentir pour se faire elire, un certain nombre de nos gouvernants sont devenus aussi des etres nefastes.
    Je vous souhaite le meilleur

    • Les mots s’envolent tout comme les notes de musique, on pourrait discourir pendant des années sans essayer de résoudre les problèmes !!! Les américains (USA) que nous avons tant critiqué pour Guantanamo avaient vu juste : pas de « droit commun » pour ces individus mais des tribunaux d’exception. En effet ces gens là utilisent nos systèmes démocrates pour vomir toute la haine de notre culture parfois en toute impunité alors demandons à nos chers élus de voter des lois adaptées pour les terroristes et en tous cas pas celles des « droits communs ».

      • La question n’est pas de nous doter de lois d’exception ou encore spécifiques à la lutte anti-terroriste car nous disposons déjà, semble-t-il, d’un arsenal d’une quinzaine de ces lois. C’est leur application qui est en cause, voire leur applicabilité, tant en raison de la frilosité des autorités à « stigmatiser » certains de nos concitoyens, qu’à cause des chamailleries politiciennes qui font que pour la dernière de ces lois (qui date du début novembre 2014) les décrets d’application n’ont par exemple pas encore été publiés…

  2. Merci pour cet article. La barbarie est chez nous, nous importons chaque année un contingent de barbares qui vivent à nos frais et vont bientôt nous diriger, puisque beaucoup sont déjà Français et qu’on veut donner le droit de vote à ceux qui ne le sont pas. Bravo à tous nos politiques !

  3. « faire des amalgames » « Buter du bougnoule » : lesquels ? Ceux qui tire à la kalash ou ceux qui se sont fait descendre après avoir dit « c’est bon chef » ?

    • J’espère que vous avez noté que ce n’était pas ma ligne de conduite et que ces expressions n’étaient là que pour illustrer la radicalisation qui est en train de se faire jour de « l’autre côté »… Réagir à la violence par la violence est indigne, donc à votre question je répondrai : « ni les uns, ni les autres ».
      Mais nous ne pourrons pas empêcher certains actes de représailles de la part d’individus qui n’attendaient que l’étincelle pour mettre le feu aux poudres. Hélas…

  4. L’unique solution est l’inversion des flux migratoires mais malheureusement aucun parti politique de premier plan ne propose cette mesure salvatrice; la France finira donc par se rapprocher un peu plus chaque jour de la guerre civile. Et l’effondrement économique à venir ne fera que décupler ce climat d’horreur et de tensions permanentes.

    • Certains pensent avoir déjà la solution, et parmi eux nombreux sont ceux qui ne veulent pas attendre 2017… tout en se demandant si la France pourra attendre jusque là.
      Guerre civile, coup d’état, sursaut national(iste ?), tout est possible. Y compris le retour à la passivité complaisante, malheureusement…

  5. «Nous vivons dans des sociétés où les populations sont empilées dans des zones urbaines absurdes, dans lesquelles chacun vit au détriment de l’autre, où chacun rencontre à chaque instant la culture de l’autre non pas comme un enrichissement, mais comme une agression permanente (…) Une société multiculturelle est une société multi-conflictuelle, multi-raciste et multi-agressive. Ça n’est pas une société durable. Et ca n’est pas une société dans laquelle il fait bon vivre.»

    Conférence de Laurent Ozon du 21 sept 2012

    • L’urbanisation absurde n’est qu’un symptôme du mal qui ronge notre société. Ce n’est pas la cause.
      De même que l’escalade de la violence pour contrer l’agression ne saurait être une réponse valable à moyen ou long terme. Et pourtant, c’est exactement ce qui risque d’arriver.
      2015 va marquer l’histoire de France…

  6. Démocratie :
    Système soit disant le moins pire dans lequel une majorité d’imbéciles motivés par des promesses de servir leurs intérêts immédiats élisent le meilleur comédien du moment avec pour résultat qu’ un débile profond se retrouve à leur tête et, tant pis pour elle, de la minorité qui l’avait rejeté.
    La liberté est bel et bien à l’agonie au pays de Voltaire, avant tout par l’œuvre de nos immondes dirigeants, nous avons fini de rire certainement pour un bon moment…
    L’humour de nos dessinateurs ne dérangera plus nos élus, les assassins sont par là également au service de la classe politique qui mérite bien le dernier rang ! Pardon pour l’image mais ça sent la charogne dans mon pays et je suis comme vous : je ne sais pas quoi faire, j’essaye de me mettre à l’abri, de sauver les meubles, de protéger ceux que j’aime, de miser sur l’avenir, mais j’étouffe à ce jeu là !
    On est pas sur terre pour vivre ça, bordel !
    Louis seize est un peu trop loin dans le temps, à quand quelque tranchant bien affuté pourra redonner quelque souci du peuple à celui qui a tout pour fait pour être à sa tête ?
    Manu0712

    • Déjà, pas si sûr que le « comédien du moment » ait été élu par une majorité des Français. La réalité est même bigrement différente. 35 % au mieux.

      Mais c’est encore l’un des effet de la passivité et du silence complice : laissons faire sans nous en mêler et nous ne serons pas concernés.

      Aujourd’hui, nous sommes malheureusement TOUS concernés, non seulement par les décisions que nous imposent des dirigeants mal choisis, mais également par les conséquences de leur politique laxiste, lâche et complice qui n’est finalement pas très éloignée de qu’a pu faire un certain gouvernement dit collaborateur à une époque où, déjà, la France ne s’appartenait plus complètement.

  7. Cela fait, maintenant, 70 ans que les journalistes dans notre pays ne sont, en fait, que des imposteurs. Complices de toute cette m…., de toute cette décadence que nous supportons, nous, les familles, nos parents, nos enfants, et maintenant nos petits-enfants. Ce n’est que justice. Elle est où, la taubira et son mariage pour tous ? Enseigner la sexualité aux touts-petits des maternelles et du primaire ! Quelle abjection ! Gouvernements de monstres déséquilibrés, psychopathes qui modifient les lois pour permettre aux tarés de leur espèces, aux pédocriminels d’agir à leur guise et en toute impunité. Les mitterrand, les lang, les matzneff, les fabius, les cohn-bendit … Suivons Farida Belghoul et retirons nos enfants des écoles pour un temps indéfini tant que ces criminels n’auront pas abroger la loi Taubira, les ABCD de l’égalité et toutes leurs saloperies qui traumatisent et détruisent les générations futures. Suivons ces hommes qui ont encore de la dignité humaine, eux, jusqu’à l’assemblée nationale pour que justice soit rendue au peuple, aux familles, aux enfants. Les journalistes sont des ordures.

  8. Amalgame, c’est le mot à la mode depuis hier … Mais comment y résister ?…
    Le problème est que les musulmans n’ont pas de hiérarchie religieuse structuree qui pourrait et devrait condamner haut et fort tous ces actes de guerre, de terrorisme et de d’extrémisme au plan national et mondial.
    Ils devrait aussi bannir officiellement de leur références religieuses ( Coran, sourathes … ) toutes références guerrières et de rejet de l’autre qui n’est pas musulman, bref découvrir la tolérance et accepter qu’ils sont dans un environnement d’origine judeochretienne.
    Sinon nous ferons l’amalgame !….

    • Le problème vient également du fait que l’Islam, quant à lui, confond sans distinction le spirituel et le temporel et qu’il incite ses croyants à l’amalgame : d’un côté les musulmans, de l’autre les infidèles. Quant au Coran, il appelle à tuer les non-musulmans, sauf s’ils acceptent de se convertir ou, à la limite, s’ils consentent à servir les croyants comme esclaves (dhimmis).
      Il est difficile d’être tolérant à l’égard d’individus qui revendiquent leur propre intolérance. Et mettre tous les non-musulmans dans le même sac, c’est ce qui s’appelle un amalgame.

  9. Merci à ce fameux Bruno que nous aimerions tous connaître, merci d’avoir été aussi concis, aussi clair dans ce que nous n’aurions pas su exprimer aussi bien. C’est le discours qu’on aimerait entendre demain vers midi dans toutes les communes de France suite à ces attentats, mais l’on sait déjà que si on s’y déplace, on nous servira la soupe officielle, labellisé, estampillée politiquement correct ; soupe fade, insipide, passe-partout, à ratissage large.

  10. Merci à ce fameux Bruno que nous aimerions tous connaître, merci d’avoir été aussi concis, aussi clair dans ce que nous n’aurions pas su exprimer aussi bien. C’est le discours qu’on aimerait entendre demain vers midi dans toutes les communes de France suite à ces attentats, mais l’on sait déjà que si on s’y déplace, on nous servira la soupe officielle, labellisé, estampillée politiquement correct ; soupe fade, insipide, indigeste, soporifique, passe-partout, à ratissage large. Ecoeurement quoi……. Mais Vous Bruno, il faut que vous poursuiviez le combat, le vrai, pas celui des « mutins de panurge » comme disait Muray, et vous faire connaître, et très rapidement, merci.
    Michel de Sion

    • Reconnaissons toutefois à ces élans de rassemblement citoyen, outre leur rôle de catharsis après cette semaine éprouvante, une certaine beauté dans la mesure où ils semblent refléter un brusque sursaut de solidarité nationale. Alors qu’elle a déjà un genou à terre depuis quelques années, et que les barbares veulent profiter de sa faiblesse pour l’abattre complètement, La France donne soudain l’impression de vouloir se relever et faire front devant l’ignominie, devant la terreur, devant l’atteinte de ce qui fait la nature même de son identité. Peut-être que du pire naîtra alors finalement le meilleur…

      • Oui Bruno, je comprends que vous préfériez un peu calmer le jeu, le rassemblement est grand, il est beau, et, en dehors de tous les « officiels de l’affichage public », il est plein de gens sincères et spontanés, mais n’a d’un vrai rassemblement unitaire ou de bloc que l’allure, le puzzle va très vite éclater de toutes pièces, espérons qu’il ne se reconstitue pas trop vite à la faveur de nouveaux attentats.
        On aimerait tant y croire, à la paix civile…….

        Merci pour vos analyses, franchement.
        Michel de Sion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>