« Allez donc tuer ces gens qui m’indisposent ! »

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Google+ Linkedin

Voilà bien une petite phrase qu’une de nos têtes couronnées de jadis aurait pu facilement prononcer. Et peut-être cela fut-il le cas… Ce qui est plus étonnant, en revanche, c’est qu’on trouve encore des gens aujourd’hui qui tiennent sans complexe ce genre de discours. En France, hein, pas uniquement dans ces contrées barbares où on repeint régulièrement les routes du sang des égorgés de droit commun. Et puis ces discours, ils ne sont pas tenus par des rois, hein (on n’en a plus, de toute façon), mais bien par des gens comme vous et moi.

Enfin, comme vous et moi, façon de parler, parce que, vous je ne sais pas, mais moi je ne me sens pas vraiment proche de cette mentalité.

Hier, je suis donc tombé sur cette vidéo. Regardez-là si vous avez un moment à perdre, c’est assez peu instructif mais c’est particulièrement édifiant.

AppelViolence

Voilà.

Encore un qui parle de guerre sans jamais y avoir été confronté. Encore un qui parle de violence en espérant ne jamais devoir s’y coller lui-même avec ses p’tits bras musclés. Encore un qui appelle les « jeunes » à faire des descentes dans des lieux de vie de populations civiles pour y faire régner la terreur, ce qui revient en gros à faire exactement ce que font ces imams de la honte qui embrigadent des gamins pour en faire des terroristes. Encore un qui est prêt à envoyer les autres se battre, bien à l’abri derrière son écran, trop vieux pour faire lui-même partie de ceux qu’il incite à la violence et trop jeune pour avoir lui-même des enfants en âge de se retrouver embringués dans ce genre d’idéologie de l’absurde.

Pire encore, celui-ci parle de « dommages collatéraux inévitables » qu’il faudra bien accepter, et qui suppose par principe que les innocentes victimes se trouveront d’un seul côté, pas le sien, non, pas dans son petit monde bien ordonné.

Bref, encore un, finalement, qui n’a pas compris que le problème de base est politique et que c’est une solution politique qui en viendra à bout ; que cette civilisation « raffinée » qu’il fustige, la sienne en réalité, est la même qui lui permet de pouvoir vivre une vie normale dans un pays qui prend en charge sa santé, sa sécurité, son éducation  (et celles de ses proches au passage) ; une société qui lui permet encore de ne pas avoir à sortir armé pour trouver à manger, à la merci du premier sniper ou du premier obus venu.

Ce garçon est probablement plein de bonne volonté et je n’insulterai pas son apparente intelligence et supposant qu’il ne comprend pas la portée de ce qu’il raconte. Je veux bien également mettre son discours sur le compte de l’émotion, de l’indignation, du choc. Mais voilà bien un exemple frappant de cet état d’esprit « so frenchy » dont nos amis anglophones se moquent gentiment (beaucoup d’autres s’en moquent aussi, mais moins gentiment). Le type même de fier à bras qui bombe le torse à l’abri des combats, qui crache dans la soupe qui le nourrit et qui appelle les autres à l’anarchie… à condition que ça se passe loin de chez lui, quand même, faut pas déconner.

Les terroristes sont des barbares, des animaux, des déchets de l’humanité dont nos propres dirigeants sont complices, on le sait. Le peuple français a souffert, souffre et continuera encore à souffrir tant qu’on n’aura pas nettoyé les plaies gangrénées d’une France qui s’est trop longtemps vautrée dans le repenti complaisant d’un passé qui n’existe plus.

Pardon ? Vous dites ? Des Croisés, des esclavagistes, des colons ? Certes, les Français ont été tout cela, mais ce passé pourri l’était tout autant ailleurs, aussi bien chez les Occidentaux que les Orientaux, les Moyen-Orientaux, les Africains, etc. Tout simplement parce que l’Homme de l’époque, celui avec un grand H mais une petite âme, n’était encore qu’un sauvage qui se pensait civilisé parce qu’il portait des vêtements et des armes. C’est toute l’humanité de l’époque qui fonctionnait ainsi, en ces temps pas toujours si lointains où nos valeurs n’avaient pas encore atteint le « raffinement » dont ce brave garçon se moque dans sa vidéo.

Et ce passé, on doit bien évidemment le regretter, le déplorer, se dire que « plus jamais ! », mais doit-on pour autant s’imposer un acte de contrition éternel pour des fautes commises par nos aïeux, voire les aïeux de nos aïeux, et continuer à accepter de payer sans fin une dette qui ne nous concerne plus depuis longtemps et que d’aucuns considèrent pourtant comme inextinguible ? Doit-on accepter d’être les seuls à être blâmés pour des faits historiques qui sont communs à tous les peuples, chacun dans son coin avec ses abus, ses esclaves, ses colonies, ses injustices ?

Ne serions-nous pas mieux inspirés de nous dire, une bonne fois pour toutes, que ces erreurs ont existé et que nous avons réussi à les surmonter ; des erreurs qui ne doivent jamais être oubliées, mais au contraire nous rappeler sans cesse ce que nous ne devons jamais plus refaire ?

Alors quand j’entends un gars bien de chez nous appeler ses concitoyens à monter des expéditions punitives sur le territoire français ; ce jeune homme visiblement « bien sous tous rapports », héritier malgré lui de toute cette évolution sociétale qui nous a plus ou moins libérés de la plupart de nos travers inhumains ; et que je le vois  accepter de balayer d’un revers de main le « raffinement » de nos mentalités pour nous rabaisser au niveau de ceux qui n’ont jamais réussi à s’extirper de leur fange moyenâgeuse, je me dis que l’extrémisme a encore de beaux jours devant lui.

Et je ne parle pas que de l’extrémisme religieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>